2018 - "Parler avec toi" à Paris

Parler avec toi

Auteur: Ana-Maria Bamberger

Traduction: Philippe Ladet, Ana-Maria Bamberger et Codrina Pricopoaia

Théâtre Le Guichet Montparnasse

Dates: 5.1.2018 - 24.3.2018

Avec: Codrina Pricopoaia, Geoffroy Vernin

Mise en scène: Codrina Pricopoaia

Production: Magus Theatre Productions, La Compagnie Galante

 

Presse

Le texte d’Ana-Maria Bamberger, très intelligent, navigue entre plusieurs genres : la comédie classique, la comédie de situation et une écriture plus secrète, aux tonalités psychanalytiques.

La mise en scène de Codrina Pricopaia, dans un décor à l’abstraction joyeuse (des parois couleur nuit traversées de flèches de couleur), joue très habilement sur l’écart qui sépare les personnages et les rapprochements qui s’effectuent soudainement.

Geoffroy Vernin interprète excellemment l’amant malheureux qui apporte le malheur : dans un rythme précipité, subtilement névrotique, avec une diction toujours claire, il accélère la pulsion des mots d’amour et de désamour. Il reste toujours dans le cap de la souffrance discrète, ce qui le rend si vrai, si universel et si drôle. Dans le rôle de la jeune femme aimée et mal-aimée qui comprend moins de texte et beaucoup de silence, Codrina crée très finement une attitude et un jeu d’attente, de bienveillance mystérieuse, de mille pensées contenues qui ne s’exprimeront jamais mais sont bel et bien là dans l’esprit muet et troublé du personnage ; c’est d’une sensualité aérienne !

Ce spectacle est une vraie surprise et un vrai bonheur.

Gilles Costaz, WebThéâtre

  

Un vrai spectacle vivant animé du talent de deux brillants comédiens à savoir Codrina Pricopoaia et Geoffroy Vernin.

Le paroxysme amoureux dans deux psychologies crisiques nous donne là une leçon pour se guérir sainement et utilement de la passion.

Ce théâtre à la fois comique et dramatique revêt un vrai caractère expérimental que beaucoup devraient aller voir pour résoudre en une soirée ce que d’aucuns n’ont pas encore résolu au bout de nombreuses années de psychanalyse.

Yves-Alexandre Julien, La Théâtrothèque

 

 

 

 

back